terraherba

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

LA PHYTOTHERAPIE et le métier d'HERBORISTE

les principes régissant le métier d'herboriste en France, les règles de vente de plante, et le conseil en phytothérapie

Fil des billets - Fil des commentaires

Mon Nov 26 22:03:00 2012

Partage d'iode, et d'oxygène: RESPIRER!!!

Pendant 20 ans, j'ai travaillé dans les banlieues nantaises, dans un environnement bétonné, auprès des jeunes marginalisés, des familles fragilisées et précarisées, comme éducatrice. Nous vivons dans une ville ayant beaucoup d'espaces verts, à 40km de la mer, à 15km d'une forêt, et traversée par de nombreux fleuves et rivières aux rives sauvages et vertes. Mais pourtant, les citadins avec lesquels je travaillais, complètement sclérosés, enfermés dans leurs problèmes, luttant pour leur survie, se sont enfermés dans le béton de leur cité. Issus souvent de l'immigration maghrébine, africaine "noire", ou d'Europe du sud (Portugal, espagne), ou étant autochtones, ils ont connu à la campagne, la verdure, et l'ont fuit pour des raisons économiques la plupart du temps. La campagne était donc plutot vécue comme "le paradis perdu" qu'on pense pouvoir retrouver en retournant aux sources. Et pourtant, leurs pays d'origine, se sont aussi beaucoup urbanisés, et la frustration est devenue encore plus grande de ne pas ressentir la quiétude de l'enfance, ou de l'adolescence, lorsqu'ils reviennent sur leur terre. Alors, ces personnes se sont enfermées dans leurs grandes tours, dans les supermarchés, sur le banc à l'extérieur au bas de l'immeuble, mais guére plus loin dans le parc vert, milieu devenu hostile!!

Je travaillais donc dans cette ambiance d'enfermement, et allant pour certains de leurs enfants à l'emprisonnement. Les foies étaient très engorgés de colère, de haine, de mépris et d'incompréhension. Je profitais des voyages ou j'accompagnais les mamans et les frères et soeurs, voir leur frère au "parloir" (visite en prison), pour m'arrêter au bord de la mer, et leur apprendre à RESPIRER le bon air iodé, l'oxygène. J'ai vu un grand de 17 ans, petit caïd du quartier, redevenir un enfant de 5 ans, découvrant la mer, les algues.... et taquiner sa mère en l'éclaboussant, alors que d'habitude il lui crache à la figure!

Heureusement, que j'avais moi même des sources d'oxygénation le week-end, dans le jardin de mes grand parents, à 3 km de la mer!! Mais j'ai finit par moi aussi me scléroser dans mon travail, ne plus trouver le sens au bout de 20 ans de pratique, et avoir besoin de changer d'air. Ma formation initale d'herboriste en France, m'a conduit à regarder la cité à travers ses plantes pour la réalisation d'un herbier. Et j'ai vu la ville autrement. A travers les dalles de béton, j'ai découvert les feuilles en forme de coeur de la capselle, je me suis rendue compte que dans toutes les cours d'école, on trouvait un tilleul, sur une aire d'autoroute, à mes pieds, on m'a montré le millepertuis, depuis si longtemps sous mes yeux, mais jamais identifié.

Ce rapport aux plantes est vraiment un retour à la vitalité, à l'essence de l'homme, à son ancrage. Les pieds dans la terre, le regard rivé au ciel, j'ai vraiment fait un retour à moi même, et j'ai pris du temps pour mon équilibre psychique et physique, pour ma santé. La sclérose du béton, des gens ne me permettaient plus de donner de mon énergie aux autres, et d'être en équilibre;

La verdure, l'oxygène, la positivité, la chlorophylle, et l'iode, m'ont aidé à me recentrer pour mieux m'ouvrir aux autres!!

Merci à FLORAMEDICINA (école d'herboristerie canadienne) de nous donner l'occasion de poursuivre cette expérimentation, et de partager nos sensations!!

Fri Aug 24 09:14:00 2012

Annie Schneider, herboriste canadienne, sur Passeport santé!!

Je vous conseille l'audio balado d'Anny Schneider sur passeport santé.net Elle nous donne quelques conseils pour les maux de tête, de ventre, et la trousse des premiers secours. Elle milite également contre la déforestation au Canada qui amplifie la perte du patrimoine végétal.

Ses ouvrages: "Ma pharmacie verte"; "mes plantes sauvages"

Son blog: annyschneider.com

Les trésors cachés dans notre pelouse

Au lieu de vous fatiguer à couper votre gazon, ne le traitez jamais chimiquement mais servez-vous en intelligemment, en l'étudiant soigneusement avant. De plus, cueillez-y vos plantes qui sont autant de médicaments, d'ornements, des légumes ou de salades qui renferment toutes de précieux nutriments, vitamines et minéraux, pour votre bien-être et celui de vos enfants. Souvenez-vous qu'une pelouse artificielle contient rarement plus de quatre plantes sélectionnées (souvent modifiées génétiquement), alors qu'une prairie sauvage héberge autour de quatre cents espèces qui se relayent joyeusement, saison après saison.

Sachez profiter abondamment de cette pharmacie du Bon Dieu inespérée qui s'étale tout près de chez vous, sous vos pieds!

Achillée millefeuille : (Achillea millefolium)

Cette chère fleur d'herbe à dinde combat les fièvres intenses mais aussi les hémorragies de tous types, même utérine. On peut la boire en tisane (une sommité par tasse) et même mettre ses feuilles écrasées dans les narines ou sur une plaie pour arrêter le sang.

Bardane : (Arctium lappa)

Les feuilles de bardane ou « gracchia »sont très amères, mais chauffées à la vapeur elles font aboutir les abcès et désinfectent les plaies. La racine cueillie en automne se mange comme un légume ou en bouillon et a un goût délicieux. Elle soigne aussi de l'intérieur le diabète mineur et les problèmes de peau chroniques.

Brunelle (Prunella vulgaris)

Cette jolie petite fleur mauve-violette fleurit une bonne partie de l'été. Elle soigne tous les types de maux de gorge mais aussi les grippes et les maladies du système immunitaire en général. Ses petites corolles s'ajoutent aux salades.

Le chiendent : (Agropyron repens)

On l'appelle la peste des jardiniers et pourtant les chiens l'adorent pour se purger, à juste raison, les intestins et le sang avec ses feuilles coupantes mais agréablement sucrées et chargées de chlorophylle et de vitamine E et C. Les racines en décoctions répétées sont de puissants dissolvants des pierres aux reins et à la vésicule.

Lierre terrestre : (Glecoma hederacea)

Ce couvre sol très vivace au parfum camphré se boit bouilli ou des sèche pour faire des tisanes contre le rhume, les allergies et toutes sortes d'infections, des intestins aux sinus. On peut même inspirer par le nez sa poudre séchée pour le déboucher et soulager certaines céphalées!

Millepertuis : (Hypericum perforatum)

Cette grande plante garnie de petites fleurs en forme d'étoiles jaunes est réputée pour être un des meilleur anti-dépresseur que la nature nous offre. On peut la cueillir dès la St-Jean et la boire en tisane (5 à 7 fleurs par tasse, 2-3 fois par jour. Pour l'usage externe, la faire macérer dans l'huile ou l'alcool et en faire un bon remède contre les brûlures, les plaies et les douleurs musculaires.

Plantain : (Plantago major)

Cette simple mais vigoureuse plante à quatre grosses feuilles rondes nervurées, pousse presque dans tous les chemins de passage. C'est pour cela qu'on l'appelle le « pas de l'homme blanc ». Ses feuilles jeunes peuvent s'ajouter à une salade ou une soupe. Fraîchement écrasées, elles soulagent instantanément les piqûres d'insectes de tous types.

Pissenlit : (Taraxacum officinale)

Les premières feuilles de pissenlit du printemps constituent une excellente source de vitamines A et de minéraux (calcium, magnésium, fer) et la racine de potassium. Les fleurs en salade, en tisane et même transformées en vin, soignent les problèmes de foie. La racine d'automne ou de printemps nettoie à merveille les reins.

Trèfle : (Trifolium pratense)

La fleur de cette plante, la préférée des vaches, est un excellent diurétique utile contre l'arthrite et un bon dépuratif sanguin. C'est aussi une source de bonnes hormones féminines et de protéines.

La violette : (Viola odorata)

Cette jolie demoiselle violette(!) se mange telle quelle ou garnit joliment une salade. Elle se sèche facilement et se boit en tisane contre les maux de gorge et les infections pulmonaires. Ses feuilles soignent les maladies du sang et les déséquilibres immunitaires reliés à la lymphe.

PS : Chères (rs) lectrices(eurs) : Si vous-même savez déjà tout cela, je vous permets de photocopier ceci et de le distribuer à vos voisins moins avisés!

ANNY Schneider Courriel : herbanny@videotron.ca

- page 2 de 14 -